La connaissance, la culture et la langue atikamekw dans les projets Wikimédia

From Wikimedia Canada
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Atikamekw knowledge, culture and language in Wikimedia projects and the translation is 100% complete.

Other languages:
English • ‎français

Le projet La connaissance, la culture et la langue atikamekw dans les projets Wikimédia a pour but d'augmenter la présence de la connaissance, de la culture et de la langue des Atikamekw sur les projets Wikimédia en développant la Wikipédia en langue atikamekw et en téléversant des documents tels que des photos d'archive et des cartes dans Wikimedia Commons. L'impact à long terme de ce projet est de créer une documentation sur les bonnes pratiques ainsi que de développer une boîte à outils permettant de reproduire à différentes échelles ce projet pour exécuter des projets similaires avec d'autre communautés autochtones canadiennes.

Définition du projet[edit]

Le but de ce projet est d'augmenter la présence de la connaissance, de la culture et de la langue atikamekw dans les projets Wikimédia en développant le Wikipédia en langue atikamekw (Wikipetia atikamekw nehirowisiw), en téléversant des documents tels que des images d'archive et des cartes à propos de la culture et l'histoire des Atikamekw sur Wikimédia Commons, une médiathèque libre participative. L'objectif à long terme de ce projet est également de documenter les bonnes pratiques ainsi que de développer une boîte à outils permettant de le reproduire à différentes échelles afin de réaliser des projets similaires avec d'autres communautés autochtones canadiennes.

Contexte[edit]

Sensibilisation des communautés autochtones[edit]

Manawan, 1971

Le projet Sensibilisation des communautés autochtones de Wikimédia Canada vise à donner accès au savoir gratuitement dans toutes les langues du Canada, ainsi qu'à préserver ces langues via le développement de projets Wikimédia. Le but de ce projet de sensibilisation est collaborer avec les communautés autochtones du Canada et d'initier les locuteurs autochtones à Wikipédia (et éventuellement à d'autres projets Wikimédia, tels que Wiktionnaire et Wikimedia Commons) afin qu'ils deviennent des contributeurs actifs dans le développement de contenu. Le projet reconnait l'importance de la préservation des langues autochtones et la dimension sociale et émotionnelle que celles-ci revêtent pour les peuples autochtones. Ce projet s'aligne également avec l'article 13 de la Déclaration des droits des peuples autochtones des Nations Unies qui établit le droit de préserver, de revitaliser et de développer les langues autochtones. Les langues autochtones du Canada font également partie intégrante de la culture canadienne, faisant de ce pays l'un des plus linguistiquement divers au monde. Le projet "La connaissance, la culture et la langue atikamekw dans les projets Wikimédia" s'inscrit dans cette stratégie en tant que projet pilote, qui pourrait servir de modèle à l'avenir pour d'autres communautés autochtones du Canada.

La Nation Atikamekw Nehirowisiw[edit]

Les membres de la nation atikamekw s'appellent Nehirowisiw ("homme habile et en harmonie envers l'environnement") et ils désignent leur territoire ancestral comme Nitaskinan ("Notre Terre"). La nation est établie à environ 300 km au nord de Montréal, dans trois villages (Manawan, Opitciwan et Wemotaci), situés dans un territoire ancestral de 80 000 km2 au centre du Québec. Jusqu'aux années 1950, les Atikamekw Nehirowisiw maintenaient un mode de vie semi-nomade et autonome, basé sur la chasse, la pêche, la cueillette et la traite des fourrures. Leur système de connaissance est marqué par une relation symbiotique avec la forêt, et leur transmission culturelle compte sur la tradition orale. Quelques unes de ces connaissances sont estimées comme "connaissances communes" et peuvent être partagées ouvertement avec tout le monde. D'autres connaissances sont conçues comme "spécifiques" à une famille ou à un individu (ex. savoirs artisanaux, carte des ressources) ou comme "sacrées" (ex. usage des plantes médicinales). Avec environ 6,600 locuteurs et locutrices (95% de leur population totale), la nation Atikamekw parle une des langues autochtones la mieux préservée parmi les Premières Nations du Canada. La langue atikamekw a été standardisée avec l'aide de l'Institut de la langue atikamekw (ILA), fondé en 1986. C'est toujours la langue d'enseignement dans deux des écoles primaires de la nation. La langue seconde principale de la nation est le français.

La politique de sédentarisation et les méthodes d'assimilation provoquaient un changement de mode de vie très soudain à la communauté. Les enfants de l'âge de 6 à 17 ans ont été envoyer à des pensionnats très loin de leurs familles et de leurs villages, pendant 10 mois par année. Cette politique éducative demeurait jusqu'au milieu des années 1970 et endommageait la transmission intergénérationnelle de connaissances et de culture, et causait un traumatisme dans la communauté [1]. Depuis 35 ans, les Atikamekw Nehirowisiw sont en discussion avec le gouvernement du Canada au sujet de la gouvernance de leur territoire ancestral, pour réclamer un droit à l'autonomie et l'autodétermination. En 2014, la Nation Atikamekw a publié une déclaration de souveraineté sur Nitaskinan.

Projets précédents[edit]

Ce projet est la continuation de projets précédents tenus à Manawan au Québec en 2013 et 2014. Il s'agissait de projets pédagogiques appelés Projet Wikipetia dont le but était de développer la section en langue atikamekw du Wikipédia en cri. En effet, puisque l'atikamekw est une langue de la famille crie, la Wikipédia en atimakew était inclue dans la Wikipédia en cri, dans la mesure où aucun projet spécifique en atikamekw n'existait alors et aucun contenu en atikamekw non plus. Depuis, la Wikipédia en atikamekw a son propre projet dans l'Incubateur de Wikimédia, incubator:Wp/atj/Ka ici natawapatcikatek. Durant les deux éditions, les étudiants de l'école secondaire Otapi de Manawan devaient écrire des articles dans leur langue maternelle sur la Wikipédia en atikamekw sous la supervision et la formation de leur enseignant d'informatique (Bilbo40, Luc Patin) le soutien du gardien de langue de la communauté (Jean-Paul Echaquan) ainsi que d'une linguiste (Kiackw, Nastasia Herold) en plus du soutien technique d'un Wikipédien expérimenté (Amqui, Jean-Philippe Béland). De plus, plusieurs enseignants ont également pris l'initiative d'écrire des articles eux-mêmes. Durant ces projets, la Wikipédia en Atikamekw a vu la création de plus de 100 articles, ce qui est remarquable pour une langue qui n'en avait aucun deux ans auparavant. Ce projet a été publicisé à la radio locale ainsi qu'à la radio nationale (Radio-Canada). Il a attiré des contributeurs et de l'intérêt dans la communauté. La Wikipédia en Atikamekw dans l'Incubateur a maintenant plus de 160 articles. Le dernier article, avant ce projet, a été créé en 2014. Le projet a été stoppé à cause d'un manque de ressources.

Voir la couverture du projet sur la radio nationale de Radio-Canada : [1].

Activités et calendrier[edit]

Sessions de formation et de discussion avec la communauté Atikamekw[edit]

Plusieurs sessions de formation et de discussion avec la communauté atikamekw seront tenues afin que les partenaires locaux du projet deviennent autonomes dans leur travail sur les projets Wikimédia et dans la traduction de l'interface Mediawiki. Des discussions avec les autorités de la communauté auront lieu afin d'établir les lignes directrices sur l'éthique en ce qui a trait aux droits d'auteur sur les projets Wikimédia et leur concordance avec les modes de transmission du savoir traditionnels de la communauté Atikamekw.

Liste des sessions :

  1. Session de formation à l'école Otapi de Manawan (24 octobre 2016)
  2. Session de formation et de discussion au Conseil central de la Nation Atikamekw à La Tuque (25 novembre 2016)
  3. Session de documentation photographique et de discussion à Manawan (mai 2017)

Projet pédagogique[edit]

Le projet pédagogique se tiendra de septembre 2016 à mai 2017 à l'école secondaire Otapi de Manawan. Il s'agit de la troisième édition d'un tel projet pédagogique dans cette école. Le projet est élaboré avec la collaboration du directeur de l'école, Sakay Ottawa, et l'enseignant d'informatique, Luc Patin (Bilbo40). Le but principal du projet est d'utiliser Wikipédia en tant qu'outil pédagogique pour la transmission de la langue Atikamekw. Les étudiants seront formés dans le cadre de leurs cours d'informatique par leur enseignant. De la formation supplémentaire sera offerte en tant qu'activité parascolaire. Dans le cadre du projet, les étudiants créeront des articles écrits en Atikamekw dans la Wikipédia en Atikamekw (Incubateur de Wikimédia) sous la supervision de leur enseignant et l'appui du gardien de la langue de la communauté, Jean-Paul Echaquan, ainsi que l'appui technique en ligne d'un wikipédien expérimenté en termes de projets Wikipédias en langues autochtones, Jean-Philippe Béland (Amqui), et un wikipédien expérimenté en termes de projets pédagogiques, Benoit Rochon. Le coordinateur local supervisera le contenu et l'activité sur la Wikipédia en Atikamekw.

Projet de recherche et de sensibilisation[edit]

Les activités de ce projet seront basées sur l'information obtenue à partir des activités et des discussions à Manawan et à La Tuque. Leur but est de documenter le projet, de fournir des recommandations et de transférer le savoir obtenu sur la Wikipédia en français.

Activités :

  1. Collecte de la documentation (automne 2016) : un(e) étudiant(e) employé(e) par la chaire de recherche canadienne sur la gouvernance autochtone de l'Université du Québec en Outaouais travaillera à rassembler une bibliographie et à écrire une revue de la littérature.
  2. Séminaire de recherche à l'Université du Québec en Outaouais à Gatineau (hiver 2017) : le sujet du séminaire porte sur la compatibilité entre les modes de transmission du savoir autochtone et les protocoles des projets Wikimédia.
  3. Atelier edit-a-thon (printemps 2017) : un atelier edit-a-thon sera organisé simultanément à plusieurs endroits, l'école Otapi de Manawan, la Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Montréal et l'Université du Québec, ainsi qu'avec une participation en ligne avec pour but de rédiger des articles sur des sujets atikamekw sur la Wikipédia en français, principalement sur les sujets jugés les plus importants par la communauté atikamekw.
  4. Panel à Wikimania Montréal (août 2017) : présentation des résultats du projet et discussion avec les autres chapitres de la Fondation Wikimédia qui ont des missions concernant des communautés autochtones. La présentation aura lieu même si elle n'est pas acceptée par le comité d'organisation de Wikimania, elle aura alors lieu à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec.
  5. Collection d'information pour la rédaction d'une recherche qui sera publiée dans un journal scientifique ouvert.

Participants[edit]

Voir : Projets/La connaissance, la culture et la langue atikamekw dans les projets Wikimedia/Liste des participants

Équipe de coordination[edit]

Nom (nom d'utilisateur) Responsibilités Expérience
Jean-Philippe Béland (Amqui)
Courriel : jpbeland@wikimedia.ca
Coordination de la formation, assistance en ligne et coordination de la traduction de MediaWiki, gestion de la subvention de la Fondation Wikimédia
Vice-président de Wikimedia Canada, administrateur de la Wikipédia en français et de la Wikipetia Atikamekw Nehiromowin, participant à Projet:Wikipetia Atikamekw, créateur de la Wikipedia Atikamekw Nehiromowin, fondateur des projets Coordination des Wikipédias en langues autochtones du Canada, Wikimédia Langues indigènes et Projet de sensibilisation des communautés autochtones de Wikimédia Canada.
Nathalie Casemajor (Seeris) Coordination des activités de recherche et du panel à la conférence Wikimania Professeure en communication à l'@uqo.ca Université du Québec en Outaouais. Expérimentée dans la coordination en projets pédagogiques, dans les projets GLAM (Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Bibliothèque du Mile End) et dans l'organisation d'ateliers de contribution.
Jean-Paul Echaquan (‎Jean-paul echaquan)
Courriel : poktcietcabwan@gmail.com
Coordonateur du projet, coordination locale, soutien au projet pédagogique, responsable de la qualité du contenu en Atikamekw Gardien de la langue de la communauté de Manawan, employé par le Conseil Atikamek de Manawan, membre de la communauté Atikamekw.
Karine Gentelet Co-chercheure Professeure en études autochtones, Département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais. Affiliée à la Chaire de recherche du Canada sur le gouvernance autochtone du territoire.
Nastasia Herold (Kiackw) Coordination de la recherche d'archives, support pour les activités linguistiques et la relation avec les partenaires Linguiste (MA; actuellement candidate au doctorat à l'Université de Leipzig), spécialiste en humanités numériques et en études Atikamekw, initiatrice du Projet:Wikipetia Atikamekw et de la Wikipedia Atikamekw.
Sakay Ottawa (Saguitare) Soutien au projet pédagogique et à la relation entre partenaires Directeur de l'école secondaire Otapi de Manawan (Portrait par Radio-Canada), membre de la communauté Atikamekw.
Luc Patin (Bilbo40) Coordonateur du projet pédagogique Professeur d'informatique à l'école secondaire Otapi de Manawan, responsable du projet Projet:Wikipetia Atikamekw.
Nicole Petiquay (Ninmeka) Soutien à la traduction et au contact avec l'ILA Techno-linguiste à l'Institut linguistique Atikamekw (ILA), Conseil de la Nation Atikamekw (CNA), member de la communauté Atikamekw.
Benoit Rochon (Benoit Rochon)
Courriel : brochon@wikimedia.ca
Coordination des activités de sensibilisation de la communauté Wikimédia, soutien à la formation, assistance en ligne, gestion de la subvention de la Fondation Wikimédia Président de Wikimédia Canada, administrateur de la Wikipédia en français, de la Wikipetia Atikamekw Nehiromowin et de Wikimedia Commons, expérimenté dans les projets GLAM, sensibilisation et pédagogiques.
Thibault Martin Co-chercheur Professeur en études autochtones, Département des sciences sociales, Université du Québec en Outaouais. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le gouvernance autochtone du territoire.
À confirmer Revue de littérature Étudiant de l'Université du Québec en Outaouais.
Anthony Dubé Soutien à la coordination locale Professeur à l'école secondaire Otapi de Manawan et member de la communauté Atikamekw.

Contacts[edit]

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles du projet, abonnez-vous à la liste de diffusion

Si vous avez besoin d'information ou des questions spécifiques sur le projet, contactez un coordonnateur de la liste des contacts ci-dessus.

Groupe Facebook de la Wikipetia Atikamekw Nehiromowin

Financement[edit]

Partenaires officiels[edit]

Bibliographie[edit]

Sur le savoir autochtone, les outils digitals et Wikipédia
  • Alexander, Cynthia, Adamson J., A., Daborn G., Houston J. et TooToo V. (2009) "Inuit Cyberspace: The Struggle for Access for Inuit Qaujimajatuqangit", Journal of Canadian Studies/Revue d’études canadiennes, 43(2),p 220-­249.
  • Dupré, Florence (2010) "IsumaTV, les enjeux virtuels d’un réseau d’artistes inuit – Entretien avec Stéphane Rituit", Cahiers du CIÉRA, 5, p.17-27.
  • Gallert, Peter and van der Velden, Maja (2015) "The sum of all human knowledge? Wikipedia and Indigenous Knowledge", In At the Intersection of Indigenous and Traditional Knowledge and Technology Design. Informing Science Press, p.117-133.
  • Gallert, Peter (2014) "Tapping into the knowledge of indigenous communities", WMF Blog, December 12th, 2014.
  • Gallert, Peter and van der Velden, Maja (2013) "Reliable Sources for Indigenous Knowledge: Dissecting Wikipedia’s Catch–22". Book chapter on the relationship between English Wikipedia and indigenous knowledge.
  • Gallert, Peter (2013) "Indigenous knowledge for Wikipedia: Bending the rules?", talk at Wikimania (video here).
  • Lachapelle, Marise, Dupré Florence (ed.) (2010) "Cyberespaces et médiatisation des cultures" Cahiers du Ciéra, n ̊ 5, Université Laval, Québec.
  • Singleton, Rola-Rubzen, et al. (2009) "Youth empowerment and information and communication technologies: A case study of a remote Australian Aboriginal community", GeoJournal, 74(5), p.403-413.
  • van der Velden, Maja (2013) "Decentering Design: Wikipedia and Indigenous Knowledge" International Journal of Human-Computer Interaction, 29, 4, p.308-316.
  • van der Velden, Maja (2012) "Designing for Culture: An Ecological Perspective on Indigenous Knowledge and Database Design", In New Media and Intercultural Communication: Identity, Community and Politics, Peter Lang Publishing Group, p.21-38.
  • van der Velden, Maja (2011) "When Knowledges Meet: Wikipedia and other stories from the contact zone", In Critical point of view: a Wikipedia reader, Institute of Network Cultures, p.236-258.
  • van der Velden, Maja (2010) "Design for the contact zone: Knowledge management software and the structures of indigenous knowledges", In Cultural Attitudes towards Technology and Communication, School of Information Technology, Murdoch University, p.1-18.
  • Warschauer, Mark (1998) "Technology and Indigenous Language Revitalization: Analyzing the Experience of Hawai’i", The Canadian Modern Language Review/La Revue canadienne des langues vivantes, 55(1), p.139-159.
Sur la connaissance autochtone et la transmission de la langue
Sur la culture, le savoir et la langue atikamekw
  • AMAA (Association Mamo Atoskewin Atikamekw) (1994) Rapport Final, Identification et protection de l’usage atikamekw de la forêt, Phase II, Association Mamo Atoskewin Atikamekw et Hydro Québec, La Tuque.
  • Awashish, Chantale (2006) Les anciennes formes d’écriture chez les Atikamekw, Recherche effectuée dans le cadre du projet Kinokewin du Conseil de la Nation atikamekw en collaboration avec l’Université Laval à Québec.
  • Barbeau, Manon (2014) "Genèse atikamekw du Wapikoni mobile", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.123–127.
  • Dubé, Albert (2014) "Entretien avec César Newashish (1902-1994), Manawan", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.104–107.
  • Clermont, Norman (1977) Ma femme, ma hache et mon couteau croche : deux siècles d’histoire à Weymontachie, Série Cultures amérindiennes, ministère des Affaires culturelles, Québec.
  • Charest, Paul (2005) “Les assistants de recherche amérindiens en tant que médiateurs culturels : expériences en milieu innu et atikamekw du Québec”, Études/Inuit/Studies, 29(1-2), p.115-129.
  • Conseil de la Nation Atikamekw (CNA) (1996) Sommet Aski. La Tuque, Conseil de la Nation Atikamekw, 3-5 décembre 1996.
  • Conseil Atikamekw Montagnais (CAM) (1983) Recherche sur l’occupation et l’utilisation du territoire : Manoane, Conseil Atikamekw Montagnais, Québec.
  • Dandenault, André (1983) “Occupation et utilisation du territoire par les Attikameks de Weymontachie”, in D. Brassard & D. Castonguay (ed.), Rapport de recherche dans le cadre du projet sur l’occupation et l’utilisation du territoire, Conseil Attikamek Montagnais, Village des Hurons, Québec.
  • Davidson, D.S. (1928) “Notes on the Tete de Boule ethnology”, American Anthropologist, 30(1). p.18-46.
  • Dawson, Nelson-Martin (2003) Des Attikamègues aux Têtes-de-boules, Septentrion, Sillery.
  • Éthier, Benoit (2014) "Nehirowisiw Kiskeritamowina: Acquisition, utilisation et transmission de savoir-faire et de savoir-être dans un monde de chasseurs", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.49-59.
  • Éthier, Benoit (2010) Savoir, pouvoir et territoire. Acquisition et transmission des savoirs liés à l’univers forestier chez les Manawani iriniwok (Atikamekw de Manawan). Mémoire de maîtrise, Université Laval, Québec.
  • Gélinas, Claude (2003) Entre l’assommoir et le godendart. Les Atikamekw et la conquête du Moyen-Nord québécois 1870-1940, Septentrion, Québec.
  • Gélinas, Claude (2000) La gestion de l’étranger. Les Atikamekw et la présence eurocanadienne en Haute-Mauricie 1760-1870, Septentrion, Québec.
  • Houde, Nicolas (2014) "La gouvernance territoriale contemporaine du Nitaskinan: Tradition, adaptation et flexibilité", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.23-33.
  • Houde, Nicolas (2011) Experimenting with what will become our traditions: Adaptive co-management as a bridge to an Atikamekw Nehirowisiw post-treaty world in Nitaskinan. Thèse de doctorat, départment de géographie, Université McGill, Montréal.
  • Jérôme, Laurent (2010) Jeunesse, musique et rituels chez les Atikamekw (Haute- Mauricie, Québec) : ethnographie d’un processus d’affirmations identitaire et culturelle en milieu autochtone, Thèse de doctorat, département d’anthropologie, Université Laval, Québec.
  • Jérôme, Laurent (2008) “Faire (re)vivre l’indien au cœur de l’enfant : ritualisation et pouvoirs des rituels de la première fois chez les Atikamekw” Recherches amérindiennes au Québec, 38(2¬3), p.45-¬54.
  • Jérôme, Laurent (2008) “L’anthropologie à l’épreuve de la décolonisation de la recherche dans les études autochtones. Un terrain politique en contexte Atikamekw”, Anthropologie et Sociétés, 32(3), p.179-196.
  • Jérôme, Laurent (2007) “Identification, relations et circulation des savoirs chez les Atikamekw de la Haute Mauricie. Un regard ethnographique sur le tewehikan”, in F. Laugrand et J. oosten (ed.), La nature des esprits dans les cosmologies autochtones, Presses de l’Université Laval, Québec, p.479-¬496.
  • Jérôme, Laurent and Veilleux Vicky (2014) "Witamowikok, «dire» le territoire atikamekw nehirowisiw aujourd’hui: Territoires de l’oralité et nouveaux médias autochtones”, Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.11-22.
  • Lavoie, Kathia (1999) Savoir raconter ou l’art de transmettre. Territoire, transmission dynamique et relations intergénérationnelles chez les Wemotaci iriniwok (Haute-Mauricie). Mémoire de maîtrise, département d’anthropologie, Université Laval, Québec.
  • Mattawa, Jean-Pierre (2014) "Entretien avec Guillaume-Charles Weizineau (1929-2006), Opitciwan", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.108–113.
  • Ottawa, Éva (2014) “Construire notre avenir en misant sur notre héritage ancestral”, Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.115–117.
  • Ottawa, Gilles (2002) Ka ki aicinikatakik Nimocominanak otaskiwaw (Les toponymes autochtones : Héritage de nos ancêtres), Manawan.
  • Ottawa, Gilles (1993) Nehirowatcihowin – Les Activités traditionnelles Atikamekw selon les six saisons, Projet Illustration des Activités traditionnelles selon les six saisons Atikamekw.
  • Poirier, Sylvie (2014) “Atikamekw Kinokewin, « la mémoire vivante »: Bilan d’une recherche participative en milieu autochtone”, Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.73-83.
  • Poirier, Sylvie (2013) “The Atikamekw. Reflections on their changing world”, In B. Morrison & C.R. Wilson (eds.) Native Peoples: The Canadian Experience, Fourth edition, Oxford University Press, p.146-167.
  • Poirier, Sylvie (2012) "Atikamekw Kinokewin : Bilan d'une recherche collaborative en milieu autochtone" (video), conference presentation, FSSULTV https://www.youtube.com/watch?v=k6Rh8cWksWw
  • Poirier, Sylvie (2001) ”Territories, identity and modernity among the Atikamekw (Haut St¬Maurice, Québec)”, in Colin Scott (dir), Aboriginal autonomy and development in Northern Quebec and Labrador, UBC Press, Vancouver, p.98-116.
  • Poirier, Sylvie (2001) “Territories, Identity and Modernity Among the Atikamekw (Haut Saint-Maurice, Québec)”, In C. Scott (ed.) Aboriginal Autonomy and Development in Northern Quebec and Labrador, Vancouver, UBC Press, p.98-116.
  • Poirier, Sylvie, et Niquay, Jean-Marc (1999) Le droit coutumier atikamekw. Pistes de réflexion, Rapport de recherche, Conseil de la Nation Atikamekw, La Tuque.
  • Poirier, Sylvie, Jérôme, Laurent et la Société d’histoire Atikamekw (Nehirowisiw Kitci Atisokan) (2014) "Présentation. Les Atikamekw Nehirowisiwok : territorialités et savoirs", Recherches amérindiennes au Québec, Volume 44, numéro 1, 2014, p.3-10.
  • Quitish, Antoine (2014) “Entretien avec Athanase Jacob (1907-1986), Manawan”, Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.95–104.
  • Société d’histoire Atikamekw (Nehirowisiw Kitci Atisokan) (2014) "Tapiskwan sipi (la rivière Saint-Maurice)", Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.85-93.
  • Société d’histoire Atikamekw and Jérôme Laurent (2009) “Nehirowisiw kitci atisokan. Vers une réappropriation de l’histoire Atikamekw”, Cahiers du CIÉRA, 4, p.19-30.
  • Trudel, Pierre (2014) “Entrevue avec Constant Awashish, Grand Chef du Conseil de la Nation Atikamekw”, Recherches amérindiennes au Québec, 44(1), p.119–121.
  • Wyatt, Stephen (2006) ““Si les autres le font, pourquoi pas nous?” La quête des Atikamekw de Wemotaci pour un rôle dans la foresterie au Nitaskinan”, Recherches amérindiennes au Québec, 36(2¬3), p.9¬-18.
  • Wyatt, Stephen (2004) Co-existence of Atikamekw and industrial forestry paradigms: Occupation and management of forestlands in the St-Maurice river basin, Québec. Thèse de doctorat, Faculté de foresterie et de géomatique, Université Laval, Québec.
  • Wyatt, Stephen, et Yvon Chilton (2003) L’Occupation contemporaine du territoire atikamekw : Une étude sur les activités et les enjeux de l’occupation du territoire par les Atikamekw de Wemotaci, Faculté de foresterie et de géomatique, Université Laval, Québec, et Conseil des Atikamekw de Wemotaci, Wemotaci.
Sur les méthode post-coloniales
  • Canadian Institutes of Health Research (2009) Aboriginal knowledge translation: Understanding and respecting the distinct needs of Aboriginal communities in research, Institute of Aboriginal Peoples’ Health.
  • Clammer, John, Poirier S. and Schwimmer É. (2004) Figured Worlds: Ontological Obstacles in Intercultural Relations, University of Toronto Press, Toronto.
  • Gentelet, Karine and Vaugrante, Béatrice (2014) "Pour lutter contre le racisme et la discrimination envers les Autochtones: une approche systémique et de la volonté politique", 9(1), p.5-9.
  • Goulet-Langlois, Maxime (2014) "De nation à nation : la médiation intellectuelle et culturelle alliée à la présomption d'égalité des intelligences et des cultures", Observatoire international sur le racisme et les discriminations, 9(1), p.19-24.
  • Goulet-Langlois, Maxime (2015) "Canada-Québec : La médiation intellectuelle, portrait d'une pratique philosophique à la croisée du concept et de l'affect", Diotime, n°66,.
  • Lévesque, C., Salée D., Cloutier É., et Manningham S. (2013) La coconstruction des connaissances en contexte autochtone : modalités, contraintes, perspectives, Cahier DIALOG, Montréal : Réseau DIALOG et INRS.
  • Poirier, Sylvie (2000) "Contemporanéités autochtones, territoires et (post)colonialisme" Anthropologie et Sociétés, 24(1), p.137-153.
  • Simpson, Leanne (2001) "Aboriginal Peoples and Knowledge: Decolonizing our Processes", The Canadian Journal of Native Studies, 21(1), p.137-148.
  • Smith, Linda Tuhiwai (1999) Decolonizing Methodologies: Research and Indigenous Peoples, Zed Books, Londres.
  • Thibault, Martin (2013) "Normativité sociale et normativité épistémique. L’exemple de la recherche en milieu autochtone", Socio"", 1(1) p.135‑154.
  • Wilson, Shawn (2008) Research is Ceremony. Indigenous Research Methods, Fernwood Publishing, Halifax.

Voir aussi[edit]